enactingthecommons
Un projet pour explorer comment les communs transforment l’action publique en Europe
Amsterdam, de la Commons City à la Fearless City ? 9-12 déc 2019

Pour cette cinquième expédition, le consortium Enacting the Commons met le cap vers le Nord. Après deux jours d’échanges aux Roumics (Lille), on continuera vers les Pays-Bas en s’arrêtant à Amsterdam, ville foisonnante en termes de communs. 

Journal de bord Amsterdam

Téléchargez ici le Journal de bord de ce voyage à Amsterdam

Comment la Ville d’Amsterdam, et la nouvelle majorité élue en 2018, se saisit-elle de la question des communs ? Pour quelles raisons et par quels moyens ? En quoi les communs viennent interroger les dynamiques de Sharing City d’Amsterdam ?

Depuis 2015, la Ville d’Amsterdam s’est emparée de l’économie collaborative comme levier de développement pour son territoire. Ce secteur a été perçu comme un levier pour répondre à des enjeux locaux de mobilité, de logement, etc. Entre soutien aux start ups locales et négociation avec les plateformes internationales, la Ville a été proactive dans le domaine. Elle est aussi souvent citée comme un exemple de “Smart City”, Amsterdam faisant figure de ville “à la pointe de l’innovation”. En parallèle de cette dynamique, certains acteurs, à l’image du Commons Network par exemple, se mobilisent pour défendre et promouvoir la place des communs dans la stratégie de développement du territoire. Les élus locaux sont aussi de plus en plus attentifs à ces sujets et seraient intéressés par un échange de bonnes pratiques et un partage de questionnements avec les villes françaises. D’ailleurs, une semaine avant notre arrivée se tiendra à Amsterdam une conférence internationale intitulée “Future is Public, Democratic Ownership of the Economy”, en lien avec le mouvement des Fearless Cities (réseau international de villes et mouvements s’inscrivant dans une perspective municipaliste, initié par la ville de Barcelone). Les communs, l’économie coopérative, l’accueil des réfugiés ou encore le droit à la ville seront au cœur des échanges !

Au-delà des initiatives portées par la ville, la société civile n’est pas en reste. Il existe à Amsterdam un foisonnement d’initiatives citoyennes très différentes. L’association Commons Network a réalisé, via la plateforme De Meent, un recensement des ‘communs’ présents aux Pays-Bas. Ce travail a vocation à construire un réseau entre commoners et à faire émerger, grâce à l’organisation d’une assemblée nationale des communs, un programme politique pour le mouvement des communs au niveau national. Ils pourront donc nous éclairer sur le contexte néerlandais autour des communs et nous faire découvrir quelques initiatives intéressantes à Amsterdam comme par exemple, VokomoKum, un collectif qui s’organise autour de l’alimentation ou encore un nouveau projet de logement coopératif De Nieuwe Meent. La question du logement est particulièrement intéressante à Amsterdam, notamment du fait de l’important mouvement des squats qui comptait plus de 20 000 membres dans les années 1980. Comment l’acteur public a-t-il répondu à ce mouvement des squats? Comment cela a-t-il influencé sa politique de logement (notamment sur le logement social)? Et de manière plus générale, comment ces initiatives de “communs” influencent-elles les politiques publiques de la ville d’Amsterdam ? 

Enfin, le mouvement des coopératives nous semble particulièrement intéressant à interroger en raison de son ampleur, de sa diversité (énergie, logement, santé,…) mais aussi de sa volonté de se structurer en réseau. Jurgen van der Heijden, qui participe activement au réseau des coopératives à l’échelle nationale, nous propose de rencontrer à la fois des coopératives d’énergie et des coopératives de soin (care) pour échanger sur leur gouvernance et leur lien avec les acteurs publics dans leur domaine respectif. Dans un deuxième temps, on pourra creuser tous ensemble la question du modèle de coopérative : quelle est l’importance du mouvement des coopératives à Amsterdam? Quel est leur positionnement vis à vis de l’acteur public? Dans quelle mesure est-il possible, et bénéfique, d’essayer de faire des liens entre des coopératives qui s’intéressent à des sujets différents? A l’image du Hart voor de K-buurt, une organisation de quartier qui essaye de construire un écosystème de coopératives via, ce qu’ils appellent un “réseau de voisinage coopératif”.  

Retrouvez ici le Programme de ce voyage à Amsterdam

 

← Retour à la page principale