Nos rencontres

Labsus – Italie

Labsus, le Laboratoire de Subsidiarité, a été fondé en 2004 par Georgio Arena. L’objectif de ce laboratoire est basé sur une certitude : celle que les personnes sont porteuses de besoins mais aussi de capacités et qu’il est possible que ces capacités soient mises à la disposition de la communauté pour aider à apporter des solutions, en partenariat avec le secteur public, aux problèmes d’intérêt général.

Cette certitude a été confirmée par la loi de révision constitutionnelle qui, en 2001, a introduit dans la Constitution italienne le principe de subsidiarité horizontale : “L’Etat, les Régions, les Villes Métropolitaines, les Provinces et les Municipalités favorisent l’initiative autonome des citoyens, des individus et des associés, pour l’exercice des activités d’intérêt général, sur le principe de subsidiarité” (article 118, dernier alinéa).  Ce principe fut réaffirmé en 2014 lorsque Labsus a accompagné la ville de Bologne dans l’écriture du premier Règlement pour une administration partagée. Cet outil va s’essaimer en Italie initiant une nouvelle attitude collaborative pour améliorer l’intérêt général. On compte aujourd’hui plus de 180 municipalités s’étant emparé de cet outil, profitant d’un vide juridique pour offrir un cadre à « la collaboration entre les citoyens et l’administration pour l’entretien et la régénération des biens communs urbains ».

Aujourd’hui implanté à Turin, le laboratoire continue d’accompagner des collectivités et collectifs dans la compréhension et l’adoption de ces pactes.


Goteo – Espagne

Plateforme pour le partage, la production et le micro-financement d’initiatives visant à renforcer les communs (sociales, culturelles, éducatives, tech, etc.). L’objectif est d’imaginer de nouveaux modes de relations et de complémentarités entre les producteurs et les micro-financeurs (sous la forme de compétences, de temps, d’argent, ou de produits physiques).


Community Land Trust (CLT) – Belgique

Le Community Land Trust de Bruxelles est une organisation sans but lucratif qui a pour mission l’acquisition et la gestion de parcelles urbaines en vue d’y créer des habitations à prix abordables ainsi que des équipements d’intérêt collectif. Considérant le sol comme un bien commun à préserver, le Community Land Trust agit dans le cadre d’une gouvernance tripartite associant habitants, représentants des pouvoirs publics et de la société civile. Son équipe travaille directement avec les propriétaires privés et fonctionne comme un bureau d’étude : ils sont architectes, urbanistes, et proposent à la fois de l’accompagnement, de l’aide sociale, du financement et de la maîtrise d’ouvrage.